fbpx
Aller au contenu

le Castel Béranger – Concert de matériaux, Valse de lignes

“Les sentiments exprimés par le Castel Béranger ne font pas mourir les gens, et qu’ils ne donnent même pas le cauchemar : il suffit seulement de s’habituer à leur harmonie.”
Hector Guimard, extrait de la conférence sur le Castel Béranger, in Le Moniteur des arts, 7 juillet 1899

Au 14 rue Jean de la Fontaine, dans le 16e arrondissement de Paris, se dresse, à la différence des immeubles haussmanniens environnants, un bâtiment à l’élégance particulière. Les tuiles rouges et la pierre blanche de l’édifice sont ornées de ferronnerie verte et bleue, et ses courbes semblables à celles d’une vigne s’étendent jusque dans les moindres détails, attirant les passants qui s’arrêtent pour l’admirer. Bien qu’il s’agisse d’un bâtiment résidentiel, il porte un nom romantique: le Castel Béranger.

Il s’agit en fait du premier chef-d’œuvre du mouvement Art nouveau français, conçu et exécuté par l’artiste français Hector Béranger (1867-1942) entre 1895 et 1898. “Béranger” tire son nom de la voie qui le longe-hameau béranger.

Art nouveau

Le mouvement Art nouveau a commencé à la fin du XIXe siècle et a concerné l’architecture, le mobilier et le graphisme, principalement en Europe et aux États-Unis, et a continué l’influence jusqu’au début du XXe siècle. Les artistes français de l’Art nouveau privilégient l’artisanat naturaliste et rejettent l’uniformité des produits industriels. Ils ont cherché non seulement à créer des formes fluides mais aussi à affiner la décoration de chaque surface ; les couleurs étaient légères et élégantes, évitant les superpositions.

Hector Guimard

Ces caractéristiques ont été fidèlement manifestées par l’architecte Guimard. Né à Lyon en 1867, Guimard entre à l’âge de quinze ans à l’École nationale supérieure des arts décoratifs et commence à étudier l’architecture l’année suivante. La première œuvre de sa carrière est le café-concert, nommé “Le Grand Neptune”, construit en 1888 sur le Quai d’Auteuil. Pourtant avant le Castel Béranger, il était encore un architecte inconnu, manquant d’un style personnel.

Castel Béranger

Il s’agit de la première grande commande confiée à Guimard. A l’automne de 1895, une veuve (Elisabeth Fournier), qui avait investi dans la location, est le commanditaire de ce projet. L’objectif était de construire un immeuble résidentiel à loyer modéré. Contrairement à ce qui est aujourd’hui, où le quartier était surtout peuplé de petits commerçants, ce bâtiment offrirait un logement confortable et abordable.

Au tout début, cet immeuble d’habitation se construit dans le style néo-gothique. Cependant, Guimard a pris une décision audacieuse juste après le voyage à Bruxelles. Fasciné par le caractère linéaire, il abandonne sa conception initiale et propose un style approchant d’hôtel Tassel à Bruxelles, dont maître d’œuvre est Victor Horta. La construction de l’édifice avait déjà commencé, si bien qu’aujourd’hui, on trouve au Castel Béranger un style composite, notamment la combinaison organique du néo-gothique et de l’art nouveau, à la fois hétéroclite et harmonieuse qu’on ne peut s’empêcher de louer la fantaisie de l’artiste.

Extérieur du Castel Béranger

Le Castel Béranger s’étend sur une superficie de 700 m² et se compose de trois bâtiments de six étages comprenant 36 appartements aux agencements variés. Le rez-de-chaussée abrite un loge, un lieu de circulation ainsi que l’atelier de Guimard. Du premier au cinquième étage, il y a trois suites par étage, et le dernier étage supérieur offre un endroit pour les domestiques et les artistes.

C’est un style tout nouveau. La brique rouge ou émaillée, la pierre beige, le grès flammé, la meulière, etc. constituent un ensemble parfait de couleurs et de matériaux. La ferronnerie turquoise comme décoration linéaire forme des charnières, des tuyaux, des gouttières.

Les façades asymétriques sont soit néo-gothiques avec des linteaux triangulaires , soit des arcs en plein cintre à la romaines classiques, soit des façades rectangulaires régulières. Tantôt convexes, tantôt concaves, elles donnent non seulement une impression de dynamisme visuel mais correspondent aussi parfaitement aux fonctions des pièces, comme la salle à manger avec sa fenêtre en saillie, l’encorbellement encadre le cabinet des toilettes, les fenêtres et l’escalier sont disposés de la manière décalée.

La fenêtre du Castel Béranger

La conception de Gimard est également soucieuse des coûts : la pierre taillée est si coûteuse qu’elle n’est placée que sur les socles clefs et les porches ; la meulière est plus accessible en utilisant comme le mur arrière et la façade de la cour ; et les briques d’émail, rouges ou grises, vertes ou bleues, sont embellies dans les coins plus légers ou sur la façade.

Les intérieurs de la maison gardent également un ton botanique et naturaliste, suivent le style Guimard : les vitraux représentant des lignes fluides, les rampes lisses et arrondies de l’escalier, et même les carreaux de mosaïque dans les coins en courbes géométriques.

Dessins de conception de fenêtres du Castel BérangerVitraux du Castel Béranger | © ETH-Bibliothek Zürich / e-rara.ch

Le résultat fantastique également grâce au travail de nombreux artisans qualifiés. Alexandre Bigot, le décorateur céramiste responsable du grès flammé ; Jean Ringel d’Illzach, le sculpteur qui a conçu la décoration du balcon – le masque singulier et l’ancre à chaîne en forme d’hippocampe ; Joseph Musnier, l’ingénieur français qui est en charge des lambris décoratifs dans la salle à manger…

Conception des clôtures du Castel Béranger
Fonte des balcons du Castel Béranger | © ETH-Bibliothek Zürich / e-rara.ch

Valeur esthétique

Ce n’est pas une surprise si Guimard remporte le Concours de façades de la ville de Paris en 1898 avec le Castel Béranger. Le bâtiment était si avant-gardiste à l’époque qu’il a suscité de nombreuses critiques-la disposition et la décoration étant si grotesques et anachroniques. Il était même appelé “la Maison des diables”, ou “le Castel Déranger”. Mais Gimard ne se préoccupe pas de ces voix et continue à diffuser l’esprit du mouvement Art nouveau, qui finit par donner naissance à un style propre, aimé du public.

Avec la diversité de sa façade, la combinaison de pierres hétérogènes et une décoration abstraite, le Castel Béranger a joué un rôle important dans l’étude de l’esthétique architecturale à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle.
Aujourd’hui, après plus de cent ans, le Castel Bélanger reste le même.

Une peinture harmonieuse de l’Être humain et de l’architecture émerveille la ville de Paris.

Dessins d'aménagement extérieur du Castel BérangerÉlévation du Castel Béranger | © ETH-Bibliothek Zürich / e-rara.ch

Bibliographie:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *